Région de Saverne - Alsace Bossue / Philippe Richert nommé ministre / Réactions

Publié le par Rémy VETTOR

Pour beaucoup, « une juste récompense »

C'est rare, un ministre alsacien. Alors quand en plus il est issu de l'arrondissement de Saverne, les élus du secteur se félicitent. Pour beaucoup, l'enfant de Wimmenau Philippe Richert, président du conseil régional, a mérité de devenir le nouveau ministre des collectivités territoriales.

Réactions.

Pierre Marmillod, maire de Pfaffenhoffen, conseiller général du canton de Bouxwiller. « Je suis ravi, non seulement qu'il fasse partie du gouvernement, mais en plus qu'il soit ministre chargé des collectivités territoriales, car ça va lui permettre de faire avancer un dossier auquel, comme moi, il est très attaché : celui de la collectivité unique (fusion des départements et des régions à partir de 2014, ndlr). Ça ne peut être que bon pour notre secteur d'avoir un ministre qui connaît bien le territoire et ce sujet. C'est le bon homme, au bon moment, à la bonne place. » Et les nouvelles responsabilités gouvernementales de Philippe Richert ne vont-elles pas l'éloigner davantage de sa région natale ? « Non, estime Pierre Marmillod, c'est quelqu'un de très attaché à son territoire... C'est une question d'organisation bien sûr, mais même depuis qu'il a pris ses fonctions de président de la Région, il est présent dans le canton : par exemple, il était à Bosselshausen la semaine dernière. (...) Je suis contre le cumul excessif des mandats, mais pas pour le mandat unique. Ce ministère est mérité, et il aura des moyens d'action idéaux. »

Joseph Cremmel, maire d'Otterswiller, conseiller général du canton de Marmoutier. « C'est une bonne nouvelle pour l'Alsace et pour le secteur, surtout. On a pleinement confiance en lui. Il aura une tâche difficile, avec un dossier en plein chantier, mais il arrive dans un ministère qui lui sied parfaitement. » « C'est une juste récompense pour les électeurs alsaciens et pour l'homme qui a un très beau parcours. (...) Il est parti de rien, il a gardé son style et est resté simple. Ça ne lui monte pas à la tête. » « Dans toutes les fonctions par lesquelles il est passé, il a laissé une trace, avec un bilan positif à chaque fois », juge encore Joseph Cremmel en évoquant notamment la démarche « hommes et territoires » au conseil général.

Emile Blessig, député-maire de Saverne. « Je suis heureux pour lui et pour notre territoire. Pour lui car c'est une reconnaissance de ses qualités politiques de la part des plus hautes autorités de l'Etat, c'est une belle consécration. Pour le territoire car l'Alsace, toujours fidèle à la majorité présidentielle, a enfin un ministre. Je crois que Philippe Richert saura là aussi donner la pleine mesure de ses compétences. Pour la Région Alsace, je ne suis pas inquiet, il est très bien entouré. » « Pour notre circonscription, ce n'est pas mal d'avoir un ministre, poursuit Emile Blessig dans un éclat de rire. On a des arrêts TGV et des politiques d'aménagement du territoire à promouvoir. » Le maire de Saverne, qui à une époque partageait avec le nouveau ministre le surnom de « Zeller boys », estime enfin cette accession à une fonction ministérielle « prouve qu'Adrien Zeller avait raison de le lancer » en politique. « Ça ne devrait être que bénéfique pour le traitement des dossiers du territoire »

Thierry Carbiener, conseiller général du canton de Saverne. « Je suis tout à fait ravi qu'il ait décroché un ministère, d'autant plus celui des collectivités territoriales. C'est dans le droit fil de ce qu'il avait proposé en arrivant à la tête de la Région, c'est-à-dire travailler à un parlement unique d'Alsace, pour lequel je suis totalement favorable. » « Il a une connaissance approfondie du territoire, ça ne peut être que positif pour le secteur. En tant que président de Région, il a continué d'être présent sur le territoire, je suis persuadé qu'il saura équilibré les choses entre la présidence de l'Alsace et son ministère. »

Hugues Danner, maire d'Ingwiller, où est né Philippe Richert. « Avoir un ministre alsacien originaire du territoire, né dans le pays de Hanau, longtemps conseiller général, ça ne devrait être que bénéfique pour le traitement des dossiers du territoire. Je lui ai écrit : "chapeau bas". Hors tendance politique, pour l'homme : bravo et bon courage. Le parcours de l'homme Philippe Richert est exemplaire et s'il dit souvent "la vie est belle", je le comprends, c'est une vie de succès. »

Marc Ruch, maire de Wimmenau, commune d'origine de Philippe Richert. « C'est quelque chose d'exceptionnel, toute la population est très fière, c'est un moment qu'on attendait un peu depuis son élection à la Région. C'est une consécration dans sa carrière. Il est compétent, j'espère qu'il aura les moyens pour faire bouger les choses. » Le verra-t-on encore à Wimmenau ? « Il a toujours su être présent, quelles que soient ses responsabilités... Il n'oublie pas ses racines. »

 Louise Richert, épouse du nouveau ministre et première adjointe au maire de Wimmenau. « Je suis très contente, je sais la façon dont il travaille et l'esprit avec lequel il travaille. Je trouve que c'est une très belle récompense, et un engagement très sérieux. Je suis le mouvement depuis 1982, il a fallu s'adapter et je suis devenue une mère au foyer, heureuse de soutenir et d'épauler Philippe dans ses fonctions. (...) Je suis persuadé qu'il essaiera de revenir souvent à Wimmenau... C'est sûr il ne sera pas là tous les soirs, mais on est habitué, on va s'organiser différemment et prendre nos repères. »

Jean Mathia, président de la comcom d'Alsace Bossue, conseiller général du canton de Drulingen. « Je collabore avec Philippe Richert depuis plusieurs années déjà, au conseil général où je l'ai connu comme collègue et puis comme président. Nous avons toujours bien travaillé ensemble et nous continuerons de le faire. » « Je pense que sa nomination est une bonne chose pour l'Alsace et notre territoire. Il a de bonnes connaissance des dossiers qu'il sera amené à traiter dans ses nouvelles responsabilités au ministère des collectivités territoriales. Je lui souhaite de réussir. »

Gaston Dann, maire de Frohmuhl, conseiller général du canton de La Petite-Pierre. « Je me réjouis à titre personnel et aussi pour la quasi totalité des habitants du canton de La Petite-Pierre, parce que c'est le point de départ d'une carrière relativement courte, mais toujours en pente ascendante. C'est une juste récompense pour son énorme capacité de travail. (...) Je travaille avec lui depuis 28 ans, il y a eu différents moments bien entendu ; l'autre "pic" de sa carrière, c'était quand il était vice-président du Sénat et président du conseil général, et il a toujours prouvé qu'il avait les armes pour servir la population. »

François Brua, maire d'Adamswiller, président de l'amicale des maires du canton de Drulingen. « Je trouve tout à fait normal qu'on ait un élu d'Alsace au gouvernement, après ce qui s'est passé aux élections régionales. En ce qui concerne Philippe, je trouve que c'est l'homme de la situation, il va s'occuper de quelque chose qu'il maîtrise à fond. Je pense qu'on est sur la bonne voie pour une Alsace unique, avec des Départements et une Région rassemblés. » Concernant les critiques sur le choix du nouveau ministre de rester président du conseil régional, « il est tout à fait capable de maîtriser les deux », estime François Brua, qui serait « le plus heureux des maires d'Alsace Bossue s'il venait à l'inauguration de la traverse du village. Il avait dit oui en tant que sénateur et président de la Région, mais est-ce que le ministre sera disponible ? »

« Il n'a pas pu résister aux sirènes ministérielles »

Rémy Vettor, secrétaire de la section locale de Saverne du parti socialiste. « M. Richert a été nommé ministre comme fossoyeur des collectivités territoriales, car c'est lui qui est chargé de la réforme (...) dont l'unique but est de casser l'opposition qui est à la tête de la majorité des conseils généraux et régionaux. » « M. Richert n'est plus à un mensonge près... Début 2010, la main sur le cœur, il déclarait son amour pour l'Alsace et qu'il se consacrerait à la Région. Une fois de plus on se rend compte que les élus UMP se servent des élections pour satisfaire leurs ambitions personnelles. On ne lui a pas donné la présidence du Sénat alors il n'a pas pu résister aux sirènes ministérielles... Malheureusement les Bas-Rhinois et les Haut-Rhinois n'en retireront rien. M. Richert a amené l'Alsace en dot, mais on ne peut pas être ministre à plein temps et président du conseil régional à plein temps, c'est impossible. » « M. Zeller avait de l'ambition pour l'Alsace, M. Richert a des ambitions personnelles », ajoute Rémy Vettor, qui estime que « c'est lamentable pour la région, alors qu'il y a de sérieux problèmes, on va parler durant quinze jours de ce nouveau ministre alsacien et oublier les soucis des citoyens, qu'il n'y a plus d'argent dans les caisses, pour les lycées par exemple si on parle des compétences de la Région. »

Propos recueillis par Julien Eynard et Albert Weber - DNA édition de Saverne du 17/11/2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article