Rémy Vettor : « Les Verts ne sont pas des ennemis »

Publié le

20100302_DNA027716.jpg
Le responsable de la section PS locale, Rémy Vettor, est candidat sur la liste de rassemblement soutenue par le Parti socialiste.
A 44 ans, ce comptable dans le secteur agricole habitant Dossenheim-sur-Zinsel s'est déjà présenté à plusieurs élections cantonales dans la région de Saverne.
- Pourquoi vous engagez-vous dans ces élections régionales ?
« Comme les fois précédentes, je m'engage parce que j'ai envie que les choses changent en Alsace, où depuis des années il y a la même couleur politique. Bien sûr, Adrien Zeller a beaucoup fait pour la région, mais son gros défaut, c'est qu'il pensait que l'Alsace était forte par elle-même. Aujourd'hui, l'Alsace n'est plus le centre de l'Europe, il s'est déplacé. Et on n'a pas été préparé à ça. Le conseil régional sortant n'a pas été visionnaire, sa politique de formation n'est pas adaptée à la crise. Et puis, si la gauche gagne, les notables de l'UMP du secteur nous regarderont autrement. »
- Les Verts et le PS, alliés ou adversaires ? Les jeux d'alliance, même dans le secteur de Saverne, sont depuis longtemps pour le moins délicats...
« Même en tant que candidat aux cantonales, j'ai toujours demandé aux Verts s'ils étaient partants pour une liste commune. Mais, cette fois encore, ils ont voulu aller seuls à la bataille. Ce ne sont pas des ennemis. Que ce soient eux ou nous qui soient devant, je serai content dans les deux cas. L'important, c'est que ça change. En attendant, j'ai l'impression qu'Europe écologie récolte les votes de contestation. Quant à l'inexpérience des Verts, de toute façon, ils ne gouverneront pas tout seuls, on leur apportera notre expérience. Il y a toujours une première fois pour tout le monde. »
- Vous n'êtes pas en position éligible sur la liste. Ça vous contrarie ? « Contrarié, non. C'est toujours mieux que de ne pas y être. Si je n'avais pas été dessus, ça m'aurait déçu, c'est vrai. Et même si je suis 21e, je fais la campagne comme si j'étais troisième. De toute façon, au deuxième tour, s'il y a fusion avec la liste des Verts, personne ne peut dire qui restera sur la liste. »
Propos recueillis par E.V.. Édition du Mar 2 mars 2010
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article