suite à mon intervention dans les DNA du 7 avril : réponse

Publié le

« La vérité » de Thierry Carbiener

Thierry Carbiener répond à Rémy Vettor, secrétaire de la section PS de Saverne, qui dénonçait (DNA de mercredi) l'« amateurisme en matière budgétaire » de l'actuelle et de la précédente municipalité savernoise. « On ne peut que regretter de devoir encore et toujours rétablir la vérité, deux ans après les mensonges électoraux concernant les finances savernoises. L'amateurisme politique, dont parle M. Vettor, est celui de méconnaître cette vérité, pourtant confirmée par la Chambre régionale des comptes (CRC). Début 2001, la dette se chiffrait à environ 1 000 € par Savernois, MM. Blessig et Mertz en étaient, avec plus de dix ans passés au conseil municipal. Sept ans après, en 2008, aucune aggravation, même endettement proportionnel : les très importants travaux durant le mandat (cinq écoles communales, la Nativité, les Récollets, le presbytère, le Moulin de l'espoir, l'école de musique, 10 km de voirie neuve, l'extension de la zone piétonne, le club house du foot, l'espace convivialité au Cosec Haut-Barr, les berges de la Zorn) ont été autofinancés et fort largement subventionnés (programme Ville moyenne avec la Région) ; la ville a donc non seulement été très dynamique, mais elle s'est enrichie de plusieurs millions d'euros (M€) ! Pendant tout ce mandat, l'impôt ménage n'avait jamais été augmenté, en moyenne, de plus de 2,5%, taux de l'inflation, par respect du contribuable, en particulier le plus modeste. Le budget de fonctionnement a été salué par la CRC, malgré les 40 contrats aidés en 2001 qu'il fallait absorber, malgré les 35 heures, malgré l'obligatoire nouveau régime indemnitaire. Autres exemples d'enrichissement de Saverne : la gare TGV-TER, qui lui a certes coûté 2,5 M€, mais en fait lui a rapporté 8 M€ de subventions extérieures, c'est-à-dire des années et des années d'impôts départemental, régional et national ! (...) Ainsi, plutôt qu'un amateurisme, on peut dire que le professionnalisme des services, avec leur directeur des services, a permis un vote systématique à l'unanimité de tous les élus majoritaires (y compris Adrien Zeller) pour tous les budgets et tous les comptes administratifs, sans aucun problème avec la trésorerie, la préfecture ou la CRC en visite normale en 2005. »

Édition DNA du Dim 11 avril 2010

Comment expliquer alors une telle situation des comptes publics de la ville de Saverne ???

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

popote67 19/04/2010 20:56


Et franchement dire que la gestion de la ville de Saverne est saine avec un déficit de 16,9 millions d'euros, c'est une honte! C'est pratiquement un an du budget de la commune qu'il faudrait
combler ! Vivement que cette ville et ce canton, passe au PS !